Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 12:51

Pieds creux, pieds plats, pieds beaux, pieds à terre, pieds multi-couleurs, pieds abîmés, pieds propres, pieds américains, métropolitains, pieds savatés, pieds lumineux car ampoulés, pieds tinés, pieds rafeu, pieds par milliers aujourd’hui au stade la redoute à la recherche des pieds savants qui possèdent le précieux sésame à savoir le dossard tant souhaité, ce truc carré décoré par un numéro et un code barre.

 

 Et oui, c’est la foire aux pieds, presque les soldes. (Les miens sont invendables car des pieds sans ongles c’est infréquentable…)Mais cet étiquetage à un intérêt : vendredi matin, il va permettre à tout ces pieds de franchir la ligne de départ avant d’avancer un pied devant l’autre sur les sentiers qui risquent d’être bien glissants au vu du temps pluvieux de ces derniers jours.

 

 Me voilà donc tout proche de ce départ qui s’offre comme un aboutissement de multiples entraînements mais également comme le début d’une aventure hors du commun. Bien sûr, ce n’est que le semi raid et à côté de son grand frère le grand raid, le coureur pourrait y voire une demi aventure, une demi douleur, un raid plus abordable, plus facile… Mais, avant de parler, il faut plutôt se pencher sur chaque coureur.

 

Car pour chacun d’entre nous, cette course se présente comme un nouveau défi, une aventure qui est le plus souvent unique. La mienne s’est le choix de participer au semi raid, 67 Kms avec 4000 mètres de dénivelé positif. Une distance que je n’ai jamais abordé ni en compétition, ni en entraînement. Je pars donc dans l’inconnu comme beaucoup de grands raideurs. Et plus le départ approche et plus le stress augmente… Une question me hante : Aurais-je du m’aligner sur « la droite des folles » au lieu de « la diagonale des fous »????

 

 

Après un léger et ultime footing de 30 minutes, je viens de préparer mon sac du semi avec minutie. Je vais vous décrire l’équipement qui sera le mien vendredi à 4 heures du matin pour le départ.

 

Tout d’abord, je vous présente les objets obligatoires : le dossard bien sûr, le Tshirt officiel (en coton !!!) de la course à porter au départ et à l’arrivée, une lampe frontale, des piles de rechange, une couverture de survie, une réserve d’eau d’un minimum d’un litre, un sifflet, deux bandes de contention élastique et un vêtement de pluie.

 

A cela s’ajoute mon cuissard (et oui je cours pas nu dans la montagne), le maillot de mon club Deniv (pour la majorité du parcours), des gants en cas de grands froid, mes chaussures ( des montrails ; pas de claquettes), mes semelles orthopédiques, des chaussettes adaptées, une belle casquette orange, un paquet de mouchoirs (on ne sait jamais…), un téléphone portable (et oui , un choix personnel mais je préfère) et de la nourriture sous formes de gel et barres énergétiques.

  2

Pour finir, un élément très important : le soutien et l’assistance de ma chérie qui sera présente au départ, à dos d’Ane, au Colorado et à l’arrivée en espérant que j’accède à tout ces points de rendez vous.

 

 

 Ah comment oublier de vous parler de mon alimentation actuelle ou plutôt annuelle comme vous diront certain….. Et bien, j’en ai quand même plein les pattes de ces kilos de pâtes que j’ingurgite en ce moment. Je mange des pâtes, je cauchemarde des pâtes, je vois des pâtes partout, cela en devient pathétique ou plutôt sympathiques. Cela dépend pour qui…..

 

 

Maintenant au dodo car le sommeil est également une composante importante.

 

Pour suivre mon aventure, allez sur le site internet du grand raid puis cliquez sur parcours individuel. Mon numéro de dossard : le 5066. Merci pour vos encouragements.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Arnaud Moisan - dans Mes Récits GRR
commenter cet article

commentaires

Profil

  • Arnaud Moisan
  • Tu peux toujours courir... Et je cours, je me raccroche à mes baskets tant sur le tartan, le bitume ou les sentiers. Par ce blog, j'espère vous faire partager un peu de ma passion pour la course de fond
  • Tu peux toujours courir... Et je cours, je me raccroche à mes baskets tant sur le tartan, le bitume ou les sentiers. Par ce blog, j'espère vous faire partager un peu de ma passion pour la course de fond