Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 18:15
29 Mai 2016 - Trail du Colorado

Dimanche 29 mai 2016, je participe pour la première fois au Trail du Colorado, championnat régional de Trail Court, une épreuve de 42 kms pour 1800 m D+.

Je me réveille à 5 h 45 alors que la course débute à 7 H 00. Non, je ne suis pas en retard ! C’est juste le privilège d’habiter à 1 km de la ligne de départ. Je me prépare sereinement, vérifie de bien avoir tout l’équipement obligatoire. Un doute persiste concernant le choix du K way, soit le léger ou le plus chaud. Je jette finalement mon dévolu sur le plus protecteur en entendant le souffle du vent : le salomon Bonatti.

 

6 H 10, je retrouve Gino devant ma case. 5 minutes de marche en guise de réveil musculaire et nous débutons notre échauffement. Arrivés sur site, nous saluons nos « nombreuses » connaissances. Nous repérons quelques un des favoris du jour : Yohann Stuck, Jean Eddy Lauret, Fabrice Armand, Alexis Vincent, Wiliam Rasendrason (Madagascar), Céline Lafaye, Marcelle Puy,…

 

Photo René Carayol

Photo René Carayol

29 Mai 2016 - Trail du Colorado

Nous nous réunissons au niveau de la ligne de départ. Je me retrouve aux côtés de mon collègue de club Johny. Dans le cadre du championnat régional, il a vraiment une belle carte à jouer dans sa catégorie Master 2. Mais je n’oublie pas un autre objectif, qui le concerne autant que moi, à savoir le championnat par équipe pris sur les trois premiers de chaque club.

 

Je me retrouve en première ligne, les coureurs font le décompte et nous voilà partis pour 42 kms sur mes sentiers d’entrainements.

Photo Patrick Lauret

Photo Patrick Lauret

Photo : Laurent RCSD

Photo : Laurent RCSD

En guise d’amuse-bouche, une boucle de 1 km 500 au cœur du magnifique parc du Colorado. Nous emprunterons à deux reprises la terrible côte qui mène à la boule météo. Cette pente, je la connais bien car je la gravis à plusieurs reprises lors de mes séances de côtes ! Je suis vraiment dans mon jardin.

 

Nos premières foulées s’effectuent sous les flashs des nombreux photographes et sous l’œil perçant d’un drône. Je m’enflamme une vingtaine de secondes avant de me ranger dans le peloton. Au Passage du premier kilomètre, Gino est sur ma gauche, Johny sur ma droite. Nous évoluons autour de la cinquantième place. De nombreux coureurs sont en sur régime, il va y avoir de la casse. Céline Lafaye, championne métropolitaine (vainqueur du Trail Tour National en trail court 2015) est juste derrière.

Photo : Patrick LAURET

Photo : Patrick LAURET

Photo : Patrick LAURET

Photo : Patrick LAURET

Elle passe devant et mène le rythme de notre petit groupe. Johny s’échappe. Dans un virage, Marcelle Puy nous double et accélère. Gino la suit. Je reste aux côtés de Céline. Je finis la première boucle en 6 mn 44. J’avais prévu 7 minutes. La deuxième boucle sera beaucoup plus longue, puisque nous partons désormais pour 40 kms 500 !

 

 

Direction le sentier des Goyaviers, sentier qui longe le bord du rempart de la rivière St Denis. On entre directement dans un sous-bois assez sombre en raison de la végétation serrée. Les petits groupes de coureurs sont désormais constitués. Je suis les pas de Céline, j’ai de bonnes sensations. Je ferai le point à mon prochain point repère au site de La Fenêtre où j’envisage de passer en 23 minutes. Pour une fois ce sentier technique n’est pas glissant, ce qui est un vrai plus. Toutefois, la vigilance doit rester de mise sur ce chemin envahit par les cailloux et surtout les racines. Nous enchaînons les descentes et les gros raidillons. Céline court quasiment dans toutes les montées alors que je privilégie la marche active. Je reviens à chaque fois sur ses pas car elle me distance dans toutes les descentes. Je suis scotché devant son aisance. Quel spectacle!

 

29 Mai 2016 - Trail du Colorado

Nous débouchons à La Fenêtre en 22 minutes 45. Pas le temps d’observer le panorama sur la Rivière St Denis. Nous continuons sur le sentier monotrace qui chemine entre les goyaviers, les fougères ou les branles verts. La pente se fait plus sévère. C’est la fin de la période de fructification des Goyaviers et aujourd’hui pas le temps de déguster les derniers survivants. A terre, c’est une vraie boucherie : une bonne confiture de goyaviers qui rend le sol encore plus glissant. Les montées se succèdent et le rythme reste constant. J’échange avec Céline sur le parcours à venir, le kilométrage, mon timing prévisionnel mais aussi sur la Réunion, le grand raid,….

 

 

Nous débouchons sur la piste Forestière de la Plaine d'Affouches. J’avais prévu d’y arriver en 45 minutes, et bien ce sera en 42 mn 45. Je me mets à la hauteur de Céline. La suite, c’est 3 kms de course sur une piste en montée, des dizaines de longs lacets en direction du Kiosque d'Affouches.  Je me retrouve rapidement seul, hésite à rester avec Céline mais me résous à me concentrer sur mon rythme, sur mes sensations. Je reviens sur un groupe de quatre coureurs et prend de suite les commandes. Amyas Boithias vient à mes côtés. Nous échangeons sur la course et sur le classement par équipe. Le club de La Montagne est un sérieux concurrent. Mon pied gauche commence à me faire souffrir, j’ai dû trop serrer ma chaussure. J’arrive au Kiosque d’Affouches en 1 h 00 mn 20, remplis ma bouteille, règle le laçage de ma chaussure.

 

 

Au moment de repartir, Céline arrive et s’élance sur le sentier des Lataniers. Pour changer, je me place derrière elle. Nous ne savons pas quel est l’écart avec Marcelle Puy qui fait la course en tête.

 

 

Si le sentier est sec, il est envahi par les herbes hautes et par toutes sortes de plantes. C’est un sentier usant psychologiquement du fait de ses innombrables virages, de la concentration qu’il faut déployer pour éviter une mauvaise chute. A mon avis, le point clé de la course se situe sur cette portion « interminable ». Il faut arriver frais au village de Dôs d’Ane afin de pouvoir envoyer par la suite. Je pense mettre entre 1 h 20 et 1 h 30. Au bout de 20 minutes, je passe devant Céline et me retrouve à nouveau seul. Les petites ravines sont glissantes et certaines parties du sentier très étroites. Je tombe à trois reprises en me rattrapant comme je peux. Je regarde le plus souvent mes pieds, donc dommage pour les panoramas sur l’océan, sur les villes du Port et de Saint-Paul. Un seul coureur me doublera sur cette section, c’est l’un des coureurs rodriguais. Plus je progresse, plus la végétation se clairseme, plus les fougères sont nombreuses.

 

J’arrive enfin à Piton Grand Bazar avec une vue sur Dos d’âne. Le ciel est dégagé, le soleil bien présent. Il me reste plus qu’à descendre, sauf que j’ai sous-estimé cette partie. C’est étroit, glissant, pénible, bref je ne m’éclate pas.

29 Mai 2016 - Trail du Colorado

Enfin, me voilà à Grand Coin, un village de maraîchage au fond du Cirque de Dos d'Ane. J’ai finalement mis 1 h 30 depuis le kiosque d’Affocuhes (2 h 31 depuis le départ). Jamel est présent. Il m’encourage, me prend en photo et me donne des écarts : « 2 mn de Gino, 2 mn 30 sur Lionel ».

Le ravitaillement est proche. Je cours sur la longue portion bitumée entre les cases, les champs de cultures (salades, brèdes,). Je pointe en 2 h 40 sous les encouragements des relayeurs. A savoir qu’une course en relais a lieu en parallèle de l’épreuve solo.

29 Mai 2016 - Trail du Colorado

Je me ravitaille et repars en direction du parking de Cap Noir. Une montée sur la route que j’effectue à un rythme soutenu. Je suis bien et ça fait du bien ! J’ai parcouru 24 kms, il m’en reste donc 18. Je déboule sur le sentier et maintenant cela ne rigole plus. La pente est sévère. Je pousse avec mes mains sur mes cuisses à chaque franchissement de marches. Un coureur est à l’arrêt, stoppé par la survenue de crampes. Ça monte sévère, ça pique ! Les randonneurs s’écartent gentiment. Benjamin Bescond m’informe que je me situe à une minute de Gino.

 

La végétation est assez pauvre et permet de très larges panoramas sur le Cirque de Mafate (à ma droite) et sur Dos d'Ane (à ma gauche). J’approche du bloc pointu, la Roche Verre Bouteille. Michel Jourdan m’informe que Gino se trouve 30 secondes devant. Tiens tiens….

Photo : Serge POTHIN

Photo : Serge POTHIN

Photo : Serge POTHIN

Photo : Serge POTHIN

Photo : Michel JOURDAN

Photo : Michel JOURDAN

Je débouche à l’intersection des sentiers qui mènent soit au cap (vers la droite), soit à dos d’âne vers la gauche. Une fraction de secondes, je me pose la question du bon chemin à prendre. Il y a bien du balisage mais son positionnement tend à la confusion. Je retrouve mes esprits et file tout droit. C’est à cet endroit que Céline s’est plantée de parcours avant de faire demi-tour et reprendre sa marche en avant.

 

La montée se poursuit sur la ligne de crête, au plus proche du rempart. Le parcours est toujours aussi difficile. Je finis par rattraper Gino. Il lutte dans les montées mais se prépare à faire un bon final. Alors que nous avançons ensemble, je ressens des débuts de crampes au niveau des ischios. J’espère que je ne me suis pas mis dans le rouge pour rattraper mon dalon. Nous évoluons sous les bois de couleurs et rattrapons deux coureurs. Juste avant le Piton Fougères (1467 m), je lève le pied et laisse filer Gino. J’ai besoin de souffler. Cela fait 3 h 27 que j’ai pris le départ. Mon objectif de moins de 5 heures est plus que prenable, j’envisage désormais de descendre sous les 4 h 50.

 

Je rattrape de nouveau Gino au pied du Piton Batard. Une sacré grimpette où nous dépassons à nouveau deux coureurs. Une fois le sommet passé, je reprends mon rythme de croisière. Gino me reprend de la distance. Je lui dis de faire sa course, que je vais gérer. Je ne l’ai plus en visuel, il s’envole. J’ai des difficultés dans toutes les montées car je dois faire avec les crampes. Par contre, dans les descentes, je me laisse aller. Je m’amuse, sautille entre les racines et les cailloux. Au moment où je plonge vers le kiosque d’Affouches, j’aperçois Gino qui s’y ravitaille. Il repart à fond. Je pointe après 4 h 01 d’effort. 15 secondes d’arrêts et me voilà sur la piste.

Je suis à mon aise, relance, profite pour envoyer du bois. Je crains plus les montées futures du sentier Goyaviers. Je reviens sur deux coureurs, double l’un des deux. L’autre relance et reste devant moi. Coach Fred est présent, il m’encourage. J’atteins le sentier après 13 mn 10 de piste. Allez, je suis dans le final, dans moins de 40 minutes je serai affalé dans l’herbe du Colorado.

Je monte comme je peux. Dans les descentes, je reviens sur l’autre coureur. Puis il me lâche dans les montées suivantes. Avant la sortie du sentier, je tente un coup de bluff. Je le passe, accélère, le lâche. Mais, il me revient dessus et fait la même chose, et il me lâche. C’est ça le sport, c’est de bonne guerre. On se félicitera à l’arrivée sans se dénigrer. Je porte un dossard, je suis dans une compétition, donc je donne tout ! Et il a fait pareil, et je l’en félicite ! J’abdique en restant derrière.

Photo : Florent AGENOR

Photo : Florent AGENOR

Photo : Florent AGENOR

Photo : Florent AGENOR

Photo : Florent AGENOR

Photo : Florent AGENOR

Photo : Carine MAIGNAN

Photo : Carine MAIGNAN

L’arrivée se précise, j’entame la dernière descente. Alors que la ligne me tend les bras, j’entends les encouragements de Léane et de Natacha. Léane court vers moi, je l’attends. Nous franchissons la ligne ensemble.

 

Je termine à la 18 ème place en 4 h 46 mn 11s. Je termine 10 ème senior, 5 ème senior licencié. Avec mon club Deniv, nous terminons à la première place par équipe ! Johny fait 9 ème champion de la Réunion en Master 2. Gino finit 14 ème, 4 ème Master 1 de la course, 3ème Master 1 du championnat.

Céline termine finalement 3 ème féminine en 5 h 00. Je suis très content d’avoir fait sa connaissance, une chouette personne.

29 Mai 2016 - Trail du Colorado

Classement :

1 03:59:23 LAURET JEAN-EDDY
2 04:04:52 VINCENT ALEXIS
3 04:09:33 STUCK YOHAN
4 04:23:49 MITHRIDATE FABRICE
5 04:25:13 LEOCADIE RENE-PAUL
6 04:25:46 ROBERT JOSEPH GILBERT
7 04:30:45 EMILIEN JOSEPH ANDRE
8 04:32:20 ARMAND FABRICE
9 04:34:02 AIMART JOHNY
10 04:35:28 TILMONT LIONEL
11 04:38:26 LERIVAIN ÉRIC
12 04:39:13 RIVIERE NICOLAS
13 04:43:15 MARTEL PHILIPPE
14 04:43:33 LEE SONG YIN GINO
15 04:43:50 PUY MARCELLE
16 04:44:13 HUET RAPHAËL
17 04:45:40 LE TAREAU JEAN-ROCH
18 04:46:11 MOISAN ARNAUD

Je suis très satisfait car je retrouve du rythme et surtout je n’ai pas ressenti de douleurs articulaires, tendineuses. La prépa ultra se poursuit et les voyants sont au vert. La suite au prochain épisode ! Pour cela, il faudra sauter l’océan pour se retrouver en terre mauricienne !

29 Mai 2016 - Trail du Colorado

Pour finir, je souhaitais dédier ce modeste article à Eric qui va bientôt repartir au péi, vers le plus beau pays du monde : Notre Bretagne. Je t’embrasse.

29 Mai 2016 - Trail du Colorado

Partager cet article

Repost 0
Published by Arnaud Moisan - dans Gazette Sportive
commenter cet article

commentaires

JRLT 14/06/2016 14:27

Le gars à la bagarre avec toi en fin de course c'est moi...
Un breton aussi, de Pont-L'abbé...
Je te souhaite une bonne poursuite de te préparation pour tes prochains objectifs...
@+ sur les sentiers et bravo encore à toi pour cette belle course...
JR

Patricia Ricordel 03/06/2016 13:08

Bravo pour le performance solo et en équipe, et merci pour le récit. J'adore cette course et j'ai hâte d'en prendre le départ alors de l'édition 2017.

Nathalie 03/06/2016 06:10

Bel article, belle course et aventure .... Bravo

Profil

  • Arnaud Moisan
  • Tu peux toujours courir... Et je cours, je me raccroche à mes baskets tant sur le tartan, le bitume ou les sentiers. Par ce blog, j'espère vous faire partager un peu de ma passion pour la course de fond
  • Tu peux toujours courir... Et je cours, je me raccroche à mes baskets tant sur le tartan, le bitume ou les sentiers. Par ce blog, j'espère vous faire partager un peu de ma passion pour la course de fond